Timbres illégaux

Si vous trouviez un timbre-poste illégal ou si vous soupçonniez que des timbres puissent être illégaux, nous vous serions très reconnaissants de bien vouloir nous en faire part. La confidentialité et l’anonymat vous sont garantis. 

Veuillez remplir le formulaire en indiquant où vous avez vu les timbres-poste délictueux et envoyez-nous un message. Nous vous remercions pour votre responsabilité et votre empressement à coopérer afin d'éliminer les timbres illégaux du marché. 

L’agence philatélique Stamperija Ltd., représentante officielle de l'administration postale du Burundi. 

Les timbres-poste peuvent être émis par l’administration postale du pays ou par son agent philatélique officiel. Seuls les timbres-poste légaux peuvent être utilisés pour payer les services postaux du pays correspondant.

Pendant le processus légal de la création des timbres-poste, un agent et l’administration postale coordonnent toutes les étapes les plus importantes comme le choix des thèmes, la création artistique, la mise en circulation, la dénomination et la date d’émission. L’agent philatélique se doit de produire des timbres originaux et de grande qualité.
Les timbres-poste illégaux sont les timbres qui peuvent sembler très similaires aux timbres officiels mais dont le producteur ne possède pas le contrat nécessaire pour les produire ou viole ce contrat. Ces timbres ne sont pas légaux et ils ne peuvent pas être utilisés pour payer des services postaux.

La circulation des timbres illégaux nuit aux collectionneurs de timbres et également aux agents philatéliques légaux et aux administrations postales.

Les timbres-poste légaux sont décrits et référencés par l’administration postale, les sites officiels et les catalogues de timbres des agents philatéliques autorisés: Yvert et Tellier (France), Michel (Allemagne), Scott (Les Etats – Unis). Les timbres-poste sont également référencés dans les périodiques philatéliques.

Faux timbres ≠ timbres illégaux

Les expressions synonymes de « timbres illégaux » sont « faux timbres-poste » et « timbres non officiels ». D’autres formulations, moins correctes mais plus imagées, sont « timbres de fantaisie » (le sujet est trop original pour des timbres-poste) ou « les érinnos » (vignettes qui ressemblent à des timbres-poste mais qui ne peuvent pas servir d’affranchissement).

L’expression « faux timbres » est synonyme de « timbres contrefaits » et désigne les copies illégales des timbres-poste officiels. Une telle activité est caractérisée comme une infraction criminelle dans de nombreux pays). Une personne qui veut produire de faux timbres essaie habituellement d’acquérir les originaux ou les fichiers qui ont permis leur production afin de réaliser des copies en prétendant que ce sont les originaux.

La production des timbres illégaux est interdite par l’administration postale concernée et est une fraude pour le collectionneur (sauf lorsque le collectionneur sait que les timbres-poste sont illégaux). Le système de production et la vente des timbres illégaux nuisent à la philatélie lorsqu’elle est un loisir ou un commerce légal.

Actuellement, il n’y a aucune information concernant des timbres-poste illégaux du Burundi.